Corinne Lepage, via la publication de son livre, permettra au moins de nous faire clairement la distinction de ce qui est librement téléchargeable de ce qui est gratuitement téléchargeable.

Mais tout commence par une grosse bêtise de communication, parce que Corinne Lepage n’aura pas été le premier politique a publier un livre gratuitement téléchargeable, Nicolas Dupont-Aignan l’a très clairement devancé avec son « petit livre mauve » sortit pour les élections européenne de 2009.

Ensuite, Corinne Lepage nous dit :

vivement opposée à HADOPI et au contrôle politique d’internet, favorable à la « mue du politique », j’ai souhaité publier ce livre de telle manière qu’il puisse utiliser le vecteur d’internet et être en accès gratuit à tous ceux qui voudraient le télécharger (en l’imprimant ou non), mais également qu’il soit accessible sous la forme d’un livre, fabriqué à partir d’un logiciel libre et achetable sur le net

C’est très exactement ce que propose InLibroVeritas depuis près de 5 ans, la possibilité donné à l’auteur de permettre un libre téléchargement et la vente en ligne du livre papier, ce que ne propose pas lulu.com. Alors pourquoi ce choix ?

Lulu est une grosse entreprise américaine qui imprime en Hollande et en Espagne, quand InLibroVeritas est une petite entreprise française qui imprime en France. On avait tous les outils en France, pourquoi utiliser cette plate-forme ? Sans doute par méconnaissance, InLibroVeritas n’a pas la visibilité de lulu.com et c’est sans doute plus par ignorance qu’autre chose qui a fait faire le choix de lulu plutôt que InLibroVeritas.

C’est dommage, les 5'000 ventes du livres et les plus de 10'000 lecteurs en ligne du livre de Nicolas Dupont-Aignan n’auront pas suffit à faire la promotion d’InLibroVeritas dans le petit monde de la politique. A moins que ce soit un choix délibéré. Au moment du choix chacun est libre de faire ce qu’il veut.

Néanmoins, il est toujours temps de proposer à Corinne Lepage les colonnes d’InLibroVeritas pour que les lecteurs puissent y lire « Entre colère et espoir », si c'était seulement possible. Et pourquoi choisir InLibroVeritas vs Lulu pour ce livre ? Parce que InLibroVeritas propose des petites choses que ne propose pas (sauf erreur ou omission) lulu.com.

  • Impression des livres sur papier recyclé (intérieur et couverture)
  • Accessibilité de la lecture dans un format adapté aux handicapés et aux déficients visuels. Via la vocalisation ou l’affichage particulier
  • Le téléchargement au format .epub. Standard ouvert et libre pour les e-reader
  • Possibilité de choisir un des 6 contrats Creative Commons, Licence Art Libre ou gfdl.

Ce dernier point interpelle, il s’agit donc des licences de libres diffusion –vraiment- et le livre de Corinne Lepage n’est pas un livre libre. Corinne Lepage, en faisant le choix de lulu n’a pas fait le choix de la liberté, elle a fait le choix de la gratuité. Enduisant encore une fois la confusion liberté~gratuité et laissant la notion d’anti-Hadopi dans le flou et le trio internaute~téléchargement~pirate.

Le livre de Corinne Lepage est donc gratuit, il ne coute rien à télécharger, il n’est pas libre car il est Copyright: © 2009 CORINNE LEPAGE Standard Copyright Licence ce qui veut dire que les internautes ne peuvent pas échanger, rediffuser et partager le pdf, Corinne Lepage non plus d’ailleurs... (Son œuvre lui appartient t elle toujours ?) Obligeant (contraignant ?) l'internaute à faire un lien vers lulu.com. Voilà la différence entre gratuit et libre.

Être contre Hadopi ne veut pas dire mettre un pdf gratuitement sur internet pour s’emprisonner ensuite dans un copyright, c’est faire le choix d’une vraie compréhension du réseau des réseaux, de ses possibilités et de son futur, c’est faire le choix d’une autre approche du droit d’auteur qu’on nome le copyleft... l’art libre.

Corinne Lepage peut cela-dit dénoncer son contrat sur lulu.com et rejoindre les plus de 1'000 auteurs de InLibroVeritas qui eux ont réellement fait le choix de la liberté de leurs œuvres.